Actualités de la semaine

Tableau_14.10.2019.JPG

Monde : la Fed fait machine arrière et regonfle son bilan.

Aux Etats-Unis, la Réserve Fédérale a continué d’intervenir sur le marché interbancaire pour y garantir la liquidité. En trois semaines, elle a dû injecter près de 200 Mds $. J. Powell a annoncé qu’elle augmenterait son bilan de façon plus systématique à travers des achats mensuels de 60 Mds $ titre à court-terme jusqu’à la mi 2020, annulant la réduction du bilan opérée depuis la fin 2017. Cela donne un éclairage nouveau à la politique quantitative : son rôle exact n’est pas vraiment connu et théorisé ; mais il paraît bien difficile de s’en passer. En septembre, l’inflation est restée stable à 1,7% en glissement annuel, et 2,4% hors énergie et alimentation. Les négociations commerciales ont progressé un peu entre la Chine et les Etats-Unis : ceux-ci reporteront les hausses de taxes douanières prévues cette semaine ; la Chine augmentera ses importations de produits agricole. Les deux pays continuent de travailler à un accord plus large, qui n’interviendrait pas avant un mois. Ces annonces ont rassuré les marchés, malgré leur portée limitée. Cette semaine, la croissance chinoise est attendue en ralentissement vers 6% annualisé au 3ème trimestre. Les incertitudes entourant le Brexit pourraient aussi s’éclaircir cette semaine. B. Johnson s’approcherait d’un accord de sortie, présentable lors du sommet européen de jeudi, sur la base d’une frontière irlandaise « en mer ». Un éventuel accord devrait être approuvé par le Parlement, où Boris Johnson n’a plus de majorité. Le PIB britannique a reculé de 0,1% en août notamment affecté par la baisse de la production industrielle (-0,6%). Mais les bons chiffres de juillet donnent un effet d’acquis positif pour le PIB du 3e trimestre.

Zone euro : divisions au sein de la BCE.

Cette semaine, la production industrielle est attendue en hausse de 0,3% sur l’ensemble de la zone en août, après -0,4% en juillet. Les chiffres ont été bons en Espagne (0,9%), en Italie (0,3%) et même en Allemagne (0,3%). Ce léger rebond ne suffit cependant pas à inverser la tendance pour l’industrie allemande : sur trois mois, l’activité est en recul de 1,8%. Ceci devrait contribuer négativement au PIB du 3ème trimestre. Les autres indicateurs restent mal orientés : les commandes d’usines ont reculé de 0,6% et les exportations de 1,8% en août. Bien que ces chiffres montrent la nécessité d’une politique de soutien conjoncturel, le compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la BCE a confirmé les profondes divisions au sein du comité des Gouverneurs. Certains membres voulaient des mesures plus fortes que celles annoncées, notamment une baisse des taux plus importante ; mais d’autres voulaient maintenir le taux de dépôts à -0,40% et environ 1/3 étaient contre la reprise des achats d’actifs. Ces désaccords ont laissé penser qu’une baisse supplémentaire des taux était moins probable et a entraîné une remontée des taux longs d’environ 10pb sur la semaine.

France : dégradation de l’activité industrielle.

L’industrie française, qui avait mieux résisté que ses voisins européens au 1er semestre 2019, montre à son tour des signes de faiblesse. En août, la production industrielle a reculé de 0,9% (après +0,3% en juillet) ; elle contribuera négativement à la croissance du PIB au 3ème trimestre. De plus, l’enquête mensuelle de la Banque de France auprès des chefs d’entreprises suggère que l’activité s’est encore dégradée en septembre, dans l’industrie ; mais aussi dans les services. Seule la construction reste très dynamique. Les chefs d’entreprises envisagent tout de même un rebond en octobre. La Banque de France a gardé inchangée sa prévision de croissance du PIB pour le 3ème trimestre, à 0,3% (environ 1,2% annualisé), comme au 2ème trimestre.

Graphique de la semaine : la Fed fait volte face et regonfle son bilan d'environ 500Mds$

Évolution du bilan de la Réserve Fédérale depuis 2017 (Mds$)

Graphique_14.10.2019.jpg

Sources : Bloomberg, AG2R LA MONDIALE

Avertissement : Ce document original est la propriété du groupe AG2R LA MONDIALE. Toute reproduction ou cession sans l’accord de son auteur est interdite. Non contractuel, ce document n'est ni un conseil fourni, ni une consultation et ne peut engager la responsabilité du Groupe en cas d'exploitation. L'ensemble des informations contenues dans ce document peut être amené à changer sans avertissement préalable. Les performances citées ont trait aux années passées et les prévisions ont un caractère purement heuristique. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.