Actualités de la semaine

Tableau_09.12.2019.JPG

Monde : la fin du ralentissement économique ?

Aux Etats-Unis, les indices de confiance se sont dégradés en novembre. L’ISM manufacturier a perdu 0,2 point à 48,1 et l’ISM non-manufacturier 0,8 point à 53,9. Néanmoins, l’emploi est dynamique : 266 000 nouveaux postes ont été créé. Le taux de chômage s’est réduit à 3,5% de la population active. Les salaires ont été revus en hausse pour octobre, à +3,2% en glissement annuel, contre 3% en première estimation et restent soutenus en novembre, à 3,1%. L’inflation de novembre est attendue à 2% en glissement annuel, après 1,8% en octobre. Hors énergie et alimentation, elle serait stable à 2,3%. La progression des salaires, combinée à celle de l’emploi, détermine des gains de pouvoir d’achat importants qui soutiennent la consommation : les ventes au détail sont attendues en hausse de 0,4% en novembre, après +0,3%. La Fed d’Atlanta estime désormais la croissance du PIB à 2% au 4e trimestre : il n’y aurait donc pas de ralentissement américain. Le différend commercial avec la Chine n’est pas résolu pour autant. Les parties suggèrent qu’une étape pourrait être franchie le 15 décembre, avant que de nouvelles hausses de droits de douanes n’interviennent. Un accord avec la Chine pourrait ouvrir la voie à un conflit avec l’Europe. Les Etats-Unis ont un déficit de 370 Mds$ avec la Chine. A titre de comparaison, leur déficit face à l’union européenne est de 180 Mds$. Au Royaume-Uni, les élections législatives anticipées se tiendront jeudi : les sondages créditent les conservateurs de 40% des voix, contre 30% pour les travaillistes. Cela donnerait une majorité absolue conservatrice aux Communes. Il incomberait alors à B. Johnson de négocier un accord commercial avec l’union européenne d’ici décembre 2020, délai très bref. Au Brésil, le PIB a progressé de 2,5% annualisé au 3ème trimestre, après 1,9%, grâce au renforcement de la demande domestique. Au Japon, le PIB du 3e trimestre a été revu en hausse à 1,8% annualisé. Mais le 4e trimestre s’annonce mal : la consommation des ménages risque de reculer sous l’effet de la hausse des taxes indirectes et la production industrielle a connu un très fort recul en octobre. Le Gouvernement envisage désormais un plan de relance budgétaire.

Zone euro : l’activité industrielle décline encore en Allemagne.

En octobre, la production industrielle allemande a encore chuté de 1,7%, après déjà -0,6% en septembre. Sauf rebond en novembre, l’industrie reculerait de 2% (-8% annualisé !) au 3ème trimestre. Ce secteur représentant 25% du PIB allemand, ceci impliquerait une contribution négative au PIB d’environ 0,5 point. La production industrielle de la zone euro en sera aussi très affectée. Elle est attendue en baisse de 0,5%. Cependant en novembre, l’indice PMI manufacturier de la zone a gagné 1 point à 46,9 ; il est quasiment stable en Italie (-0,1 à 47,6), en hausse de 0,7 point à 47,5 en Espagne et de 2 points à 44,1 en Allemagne. Le niveau actuel indique toujours un repli de l’activité mais les industriels envisagent une hausse des commandes futures. C. Lagarde présidera jeudi sa 1ère réunion de politique monétaire et devrait renouveler ses appels à un soutien budgétaire.

France : l’industrie française résistera-t-elle mieux que ses voisins en octobre ?

En octobre, le déficit commercial s’est réduit grâce à la forte progression des exportations (3,4%). Le PMI manufacturier a gagné 1 point à 51,7 en novembre. Cependant l’indice PMI des services a été révisé en baisse (-0,7 points à 52,2), impliquant que la confiance s’est dégradée. Cette semaine, la production industrielle est attendue en hausse de 0,2% en octobre, après une légère progression en septembre (0,3%).

Graphique de la semaine : au royaume-Uni, les Conservateurs pourraient retrouver une majorité ce jeudi

Évolution des intentions de vote au Royaume-Uni

Graphique_09.12.2019.jpg

Sources : Bloomberg, YouGov, Wikipédia, AG2R LA MONDIALE

Avertissement : Ce document original est la propriété du groupe AG2R LA MONDIALE. Toute reproduction ou cession sans l’accord de son auteur est interdite. Non contractuel, ce document n'est ni un conseil fourni, ni une consultation et ne peut engager la responsabilité du Groupe en cas d'exploitation. L'ensemble des informations contenues dans ce document peut être amené à changer sans avertissement préalable. Les performances citées ont trait aux années passées et les prévisions ont un caractère purement heuristique. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.