Actualités de la semaine

Tableau_18.02.2019.JPG

Monde : ralentissement économique aux États-Unis.

Aux États-Unis, la publication des données économiques a repris avec la réouverture de l’administration fédérale ; mais les nouvelles ne sont pas encourageantes. En décembre, les ventes au détail ont reculé de 1,2% (après 0,1% en décembre), le plus fort recul mensuel depuis près de 10 ans. En conséquence, la Fed d’Atlanta a abaissé sa prévision de croissance pour le 4ème trimestre à 1,5% annualisé, contre 2,7% lors de la précédente estimation.  Le chiffre officiel sera publié le 28 février. La production industrielle a baissé de 0,6% en janvier donnant un point de départ faible pour le PIB du 1e trimestre. La réserve Fédérale publiera le compte-rendu de son dernier comité de politique monétaire cette semaine : celui-ci devrait confirmer sa volonté de ralentir la hausse des taux, alors que l’inflation reste contenue. En janvier, elle a ralenti à 1,6% en glissement annuel (après 1,9%), du fait de la baisse des prix pétroliers. Hors énergie et alimentation, elle est restée stable à 2,2%, soit l’objectif de la Fed. Au Royaume-Uni, la croissance a ralenti à 0,7% au 4ème trimestre, après 2,5%. La consommation est restée correcte (1,6%) ; mais les incertitudes liées au Brexit ont affecté l’investissement (-2%) et le commerce extérieur a contribué négativement (-0,4 point), du fait de la forte hausse des importations. Les données sont mieux orientées début 2019, les ventes au détail rebondissant (+1,2% en janvier, après -1%). Le pouvoir d’achat des britanniques s’améliore depuis quelques mois : les salaires sont dynamiques (3,4% en glissement annuel attendu pour décembre) alors que l’inflation ralentit (1,8% en janvier). Au Japon, le PIB a progressé de 1,4% au 4ème trimestre 2018, un rebond modeste après la forte baisse du trimestre précédent (-2,5%). La demande domestique a été dynamique, mais les stocks et le commerce extérieur ont contribué négativement. En Chine, les échanges internationaux se redressent en janvier, après deux mois de forte baisse liés à l’intensification de la guerre commerciale.

Zone euro : fort ralentissement de la croissance allemande au 2nd semestre 2018.

La croissance économique a été confirmée à 0,8% annualisé au 4ème trimestre 2018 sur l’ensemble de la zone euro. L’Allemagne échappe de peu à la récession, définie comme un recul du PIB sur deux trimestres consécutifs. La croissance a atteint 0,1% annualisé, après -0,8% au 3ème trimestre. D’après l’institut national de statistiques, l’investissement a rebondi et la consommation a progressé modestement ; mais le commerce extérieur a contribué négativement. Les efforts entrepris par le Gouvernement pour dégager un excédent budgétaire (0,5% en 2018) paraissent contre-productifs. Une relance budgétaire serait logique. En Espagne, le Gouvernement de coalition minoritaire PSOE -Podemos n’a pas réussi à faire voter le budget 2019, faute de soutien des indépendantistes catalans. M. Sanchez, à la tête du pays depuis seulement 8 mois, a annoncé la tenue d’élection législatives anticipées le 28 avril.

France : la Banque de France optimiste sur les perspectives de croissance au 1er trimestre.

L’enquête de la Banque de France indique que la confiance des industriels s’est dégradée en janvier : l’indice perd 3 points à 99, passant en dessous de la moyenne de long terme (fixée à 100). L’indice du climat des affaires baisse aussi dans les services (-1 à 100) et reste stable dans le bâtiment (à 105). Pourtant, la Banque de France anticipe une accélération de la croissance début 2019, vers 1,6% annualisé, après 1,1% fin 2018). Après avoir stagné sur les 3 premiers trimestres de l’année, le taux de chômage a reculé au 4ème trimestre, passant de 9,1% à 8,8%.

Graphique de la semaine : en Allemagne, m'excédent budgétaire parait contre-productif

Évolution du solde budgétaire en Allemagne (% du PIB nominal)

Graphique_18.02.2019.jpg

Sources : Datastream, AG2R LA MONDIALE MATMUT

Avertissement : Ce document original est la propriété du groupe AG2R LA MONDIALE MATMUT. Toute reproduction ou cession sans l’accord de son auteur est interdite. Non contractuel, ce document n'est ni un conseil fourni, ni une consultation et ne peut engager la responsabilité du Groupe en cas d'exploitation. L'ensemble des informations contenues dans ce document peut être amené à changer sans avertissement préalable. Les performances citées ont trait aux années passées et les prévisions ont un caractère purement heuristique. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.